La bonne affaire américaine de Saft, allié à Johnson Controls

Print Friendly, PDF & Email

saftPrès de 400 millions de dollars : c’est la subvention que le fabricant français de batteries, en association avec l’équipementier américain Johnson Controls, vient de décrocher aux Etats-Unis dans le cadre du programme de subventions de 2,4 milliards débloqués par l’administration Obama pour le développement des véhicules électriques.

Dans le cadre de leur coentreprise (dont Saft détient 49%), les deux alliés vont recevoir 394,5 millions de dollars pour développer deux usines de production de batteries : ils avaient annoncé deux projets de sites, l’un dans le Michigan, l’autre à Jacksonville en Floride, sous réserve d’obtenir un soutien public. Le premier site recevra une enveloppe de 299 millions de dollars, sans compter une aide de l’état du Michigan de 148,5 millions sous forme de subventions et d’exemptions fiscales. Le site devrait atteindre une capacité de production de 15 millions de batteries lithium-ion par an.

La seconde implantation recevra 95,5 millions d’aides de l’Etat fédéral, avec là encore un probable coup de pouce de l’état de Floride et de la ville de Jacksonville. Le groupe fait valoir la création de 800 emplois sur trois ans. Sur ce site, Saft prévoit de fabriquer des batteries pour des véhicules militaires, des réseaux télécoms et le secteur aérien.

Début 2009, le groupe français a déjà mis en service en France, à Nersac (Charente) une première usine de production de batteries lithium-ion qui doit fournir quelque 10 000 unités par an pour des véhicules hybrides et électriques, de Mercedes notamment. Et l’entreprise a décroché, en février dernier, un contrat auprès de Ford pour équiper ses futures voitures électriques, dont la commercialisation est prévue en 2012.

Les annonces de nouvelles usines de production de batteries lithium-ion se multiplient : en juillet, Renault-Nissan a annoncé la création de deux sites produisant chacun 60 000 unités par an, l’un en Grande-Bretagne, l’autre au Portugal. Avec là encore, le soutien financier des Etats.