Les distributeurs, nouveaux producteurs d’énergie verte

Print Friendly, PDF & Email

toitsolaireDes immenses toitures désespérément vides ? Pourquoi ne pas les transformer en centrales solaires ? C’est le pari que font de plus en plus de distributeurs, motivés par l’annonce, à l’automne 2008, d’un tarif de rachat de l’électricité par EDF spécifiques aux entreprises.

Dernier exemple en date, le groupe Casino : il avait déjà équipé son magasin de Saint-Laurent-des-Arbres (Gard), achevé en 2008, et plusieurs magasins de La Réunion de toitures solaires. Il possède aujourd’hui 2 MW installés mais compte bien accélérer et en vise 70 à l’horizon 2012, selon La Tribune.

Le groupe, qui va créer une structure chargé du développement de l’énergie verte, envisage même d’équiper les toits de ses concurrents à terme.

D’autres distributeurs sont engagés dans cette voie. Intermarché a annoncé un test de toitures solaires sur dix magasins d’ici à 2010, avec également des systèmes de récupération des eaux de pluie pour les stations de lavage auto ou encore un éclairage du parking par LED. Et l’enseigne compte aussi créer une entité en charge des énergies nouvelles.

Mais le solaire n’est pas la seule énergie qui intéresse les distributeurs. Carrefour a mené en 2008 une expérimentation de recyclage d’une partie de ses déchets par méthanisation et production de biogaz dans son magasin de Lomme, dans la banlieue de Lille. Après six mois, environ 20% des déchets recyclés l’étaient par méthanisation, soit environ 20 tonnes par mois, selon l’enseigne. Ce process est aujourd’hui en cours de déploiement dans d’autres magasins.

A l’étranger, les initiatives se multiplient également. En Grande-Bretagne, la chaîne Sainsbury fait un test pour transformer ses aliments invendus en énergie via une centrale à biomasse en Ecosse. S’il s’avère concluant, elle envisage de le déployer à grande échelle d’ici à la fin de l’année.

Le leader de la distribution britannique Tesco expérimente pour sa part une toiture photovoltaïque sur l’un de ses supermarchés en Thaïlande, à Salaya, qui est également doté de trois éoliennes. Et Tesco veut aussi équiper plusieurs de ses supermarchés britanniques d’éoliennes.

En Allemagne, c’est Lidl, le spécialiste du discount qui compte investir des centaines de millions d’euros pour équiper les toits de ses bâtiments logistiques de panneaux solaires dans plusieurs pays européens.