Siemens compte sur les greentech pour sa croissance

Print Friendly, PDF & Email
Peter Löscher PDG de Siemens
Peter Löscher PDG de Siemens

Le géant allemand espère rafler pour 21 milliards de dollars de commandes sur les trois années 2010-2012, dont 40%, soit environ 8 milliards, dans le secteur des greentech, a affirmé le groupe — sans définir exactement ce qu’il fait entrer dans cette catégorie, mise à part l’efficacité énergétique.

Siemens explique tabler sur l’effet des plans de relance « verts » adoptés par de nombreux gouvernements, Etats-Unis en tête. Siemens, comme son rival français Schneider Electric (voir notre interview vendredi du nouveau patron de la stratégie & de l’innovation de Schneider Electric, Philippe Delorme) se positionne comme un « géant des infrastructures vertes », a déclaré son PDG Peter Löscher.

Siemens rappelle que des plans de relance d’un total de 2.700 milliards de dollars ont déjà été annoncés dans le monde, et pour certains déjà lancés, dont un tiers — environ 1.000 milliards– pour améliorer les infrastructures.

Sur ce total, 210 milliards concernent les secteurs où agit Siemens, estime le groupe. Etant donné sa part de marché mondiale, il calcule qu’il pourra en retirer 21 milliards de dollars de nouvelles commandes, dont 8 milliards liés aux préoccupations environnementales.

Le groupe estime d’ores et déjà que les infrastructures « vertes » représentaient en 2008 le quart de son chiffre d’affaires avec 26 milliards de dollars (sur 107 milliards de dollars) et veut porter cette part de son activité à 35 milliards de dollars en 2011.

Siemens compte notamment sur le plan de relance américain (America Recovery and Reinvestment Act) pour doper sa filiale américaine qui compte 69.000 salariés. Siemens aux USA produit un tiers de l’énergie du pays mais aussi des systèmes d’éclairage, de transports ou encore de purification d’eau.

Siemens estime aussi que le plan de relance chinois compte 35 milliards de dollars qui portent sur ses domaines de compétences et le plan allemand 7 milliards de dollars.