REC se renfloue mais au rabais

Print Friendly, PDF & Email

Se procurer de l’argent frais est devenu urgent pour les producteurs de silicium, wafers, cellules et panneaux solaires, affaiblis par la baisse des prix et de la demande cette année, et la plupart font appel à la Bourse : le groupe norvégien REC (Renewable Energy Corp), l’un des trois leaders mondiaux de la production de silicium et de wafers de silicium (mais qui produit aussi des cellules et des  panneaux photovoltaïques), handicapé par un lourd endettement, va lever par une émission d’actions 4,5 milliards de couronnes norvégiennes, soit 495 millions d’euros.

Il suit l’exemple d’autres grands producteurs de cellules solaires: le géant chinois des cellules photovoltaïques Suntech Power Holdings a levé fin mai 277 millions d’actions via une émission de 23 millions d’ADS (les certificats de dépôt cotés à New York) vendus 12,5 dollars pièce, soit une petite décote sur son cours.

De même un autre producteur chinois, Evergreen a levé en Bourse 66,6 millions de dollars via l’émission de 37 millions d’actions à 1,80 dollar pièce.

Et il faut aussi citer le géant allemand des cellules solaires Q-Cells, qui début mai s’est procuré 530 millions d’euros en revendant justement ses 17,2% de REC, là encore pour se désendetter. Comme REC, lui aussi a averti que ses ventes seraient moins élevées que prévu.

Mais REC a dû se résoudre à réaliser son émission à un prix discount qui illustre ses difficultés : il a émis 170 millions d’actions nouvelles qui seront vendues 26,50 couronnes pièce, indique le prospectus final de l’émission, soit 50% de moins que son cours de Bourse du lundi 22 au soir – un discount bien plus important que ne le prévoyait les analystes.

L’émission (en fait une émission de droits de ote) a été d’avance entièrement souscrite par un consortium réunissant ses principaux actionnaires, à savoir le conglomérat norvégien Orkla et sa filiale Elkem (producteur de silicium et de cellules solaires), la compagnie d’énergie norvégienne Hafslund, et le fonds de pension de l’Etat, le Folketrygdfondet, qui ensemble possèdent environ 60% de REC.

Le reste a été souscrit par un  consortium bancaire regroupant DnB NOR Markets, ABN Amro, BNP Paribas et Nordea Markets. Techniquement, la période officielle de souscription s’est ouverte le 29 juin pour durer jusqu’au 13 juillet.

REC négocie en outre aussi une facilité de crédit de 1 milliard de couronnes et compte obtenir un réaménagement de sa dette .

Ses pronostics restent sombres: il a réaffirmé cette semaine qu’il s’attendait à une baisse moyenne du prix des panneaux de 30% en 2009 en moyenne.