Le Japon veut d’ici 2020 réduire ses émissions de 15% par rapport à 2005

Print Friendly, PDF & Email

Cet objectif du Japon de diminuer d’ici 2020 ses émissions de gaz à effet de serre de 15% par rapport à 2005 a été annoncé par le Premier ministre lui-même, Taro Aso. Le Japon rejoint ainsi la liste des pays qui se fixent un objectif avant la conférence de l’ONU en décembre à Copenhague sur l’après Kyoto.

Des négociations ont déjà démarré (cette semaine à Bonn) entre les délégués de 182 pays pour commencer à élaborer un nouvel accord, qui doit succéder au Protocole de Kyoto contre le réchauffement climatique, pour s’appliquer à partir de 2012.

Si on compare ses objectifs à ceux d’autres pays, le Japon est plutôt ambitieux.

A Kyoto, le Japon s’était engagé à réduire ses émissions de 6% par rapport au niveau de 1990 sur la période 2008-2012.

Mais en fait le Japon n’a fait aucun progrès : ses émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de 14% par rapport au niveau de 1990, selon le ministère japonais de l’Environnement.

En raison des augmentations d’émissions du pays ces dernières années, le nouvel objectif japonais de baisser de 15% ses émissions par rapport à 2005 équivaut à une réduction de seulement à 8% de moins par rapport à 1990, calcule le Wall Street Journal. A peine mieux que l’engagement initial de Kyoto.

Mais M. Aso a averti que cet objectif de -15% allait augmenter le chômage (+0,2% selon une étude du gouvernement), réduire le PIB (-0,6%) et accroître les charges pesant sur les ménages et des industries. Le pays devra investir massivement dans l’énergie solaire et améliorer l’isolation de ses bâtiments ainsi que les appareils plus économes en énergie. L’opinion publique japonaise souhaiterait des engagements encore plus forts, selon les sondages, tandis que les industriels militent dans l’autre sens.

Voir: Repère: objectifs de réduction des émissions par pays (CO2 et gaz à effet de serre)

Tout ceci suffira-t-il ? Pas sûr