Insolente ambition de Voltalia dans le solaire en France

Print Friendly, PDF & Email

voltalia1Voltalia, l’une des quelques ambitieuses start-up d’énergies nouvelles cotées à Paris, qui développe des projets tous azimuts (solaire, éolien, biomasse…) en France métropolitaine, en Guyane et en Grèce, se lance dans un projet solaire hors normes à l’échelon français: une centrale photovoltaïque au sol de 104 MW dans le Midi, soit autant que tout le solaire photovoltaïque installé en France en 2008. Ce serait même l’un des plus gros projets mondiaaux de centrales photovoltaïquesl !

Il bat à plate couture celui d’EDF EN dans l’Ariège, qui devait être le plus grand de France. Il dépasse aussi de loin la « centrale solaire par région » souhaitée par le gouvernement, censées être de 10 à 30 MW chacune environ, un programme dont le gouvernement vient d’ailleurs de lancer les appels d’offre .

Voltalia a déjà des soutiens influents: fin 2008 la Caisse des Dépôts a investi 3 millions d’euros dans sa filiale de Guyane, Voltalia Guyane, dont la CDC a ainsi pris 20%.

Son nouveau projet prévoit l’installation sur 340 hectares de 472 000 panneaux solaires dans la commune de La  Barben, près de Marseille.

Comme Voltalia a déjà des projets solaires de 71 MW en développement en France métropolitaine, avec ce nouveau parc de 104 MW, les projets solaires de Voltalia en France métropolitaine portent sur 175 MW. En y ajoutant les projets en Guyane et en Grèce,   l’ensemble de sa filière solaire développe 335 MW.

Il produira 147 millions de KWh par an, équivalant aux besoins en électricité des 140 000 habitants et évitera l’émission de gaz à effet de serre de l’ordre de 600.000 tonnes par an.

Reste à concrétiser: pour cela Voltalia aura besoin de nouveaux partenaires financiers. Voltalia explique que le projet doit en effet être réalisé progressivement, en tranches de 10 MW, avec la participation au capital de partenaires minoritaires. Sa construction démarrera l’été 2010 pour une mise en production fin 2011.

Un signe de plus du décollage du solaire en France, très en retard sur ses voisins comme l’Angleterre et l’Allemagne puisqu’il ne ne comptait fin 2008 que 69 MW raccordés au réseau électrique, alors que le gouvernement table sur  5.400 MW en 2020. Il attire maintenant maintes jeunes sociétés ambitieuses et qui osent même entrer en Bourse, en pleine crise.