Stategeco Solar, une start-up solaire aux dents longues

Print Friendly, PDF & Email

pdgstrategecosolareneovia-pascalbenveniste2009C’est un rythme digne de la Silicon Valley : en seulement 20 mois d’existence, la jeune société de développement solaire Strategeco Solar s’est cotée en Bourse et vise déjà pour 2010 une entrée sur Alternext, le marché parisien des valeurs moyennes, ainsi qu’une levée de fonds de 25 millions d’euros sur 2 ans, dont 5M€ en 2009. Et ce afin d’installer au moins 5 à 6 MW de centrales photovoltaïques dans les mois qui viennent. C’est l’une des start-up françaises cleantech qui veut au plus vite profiter à nouveau de la Bourse.

« J’ai créé la société le 6 août 2007, et je l’ai introduite au marché libre le 19 novembre 2007 », nous explique son jeune PDG et fondateur, Pascal Benveniste, qui s’est très tôt intéressé au mariage de l’économie et de l’environnement.

Après un troisième cycle et un doctorat d’économie, il commence en 1995 une carrière bancaire et entre chez HSBC, au département  crédit court terme international. Il lance en parallèle en 1999 sa première société, un cabinet de conseil en stratégie environnementale auprès des collectivités locales, puis écrit un livre sur la gouvernance environnementale* en septembre 2006, qui lui donne l’occasion d’intervenir dans de nombreuses tables-rondes et conférences. C’est alors qu’il créé Strategeco Solar, plus connu sou le nom de sa marque Eneovia.

Pour démarrer, il lève 5 millions d’euros en cinq fois auprès de plusieurs investisseurs  — des industriels, quelques institutionnels, des investisseurs privés. Une fois la société entrée au marché libre, Pascal Benveniste et le management gardent 51% du capital, le reste étant coté.

Dès sa première année d’existence, la société réalise un chiffre d’affaires de 2,9 millions d’euros et un bénéfice de 243.000 euros. Et ell dispose actuellement de 5 millions d’euros de liquidités.

Maintenant, l’heure est à la levée de nouveaux fonds. « La semaine dernière, j’ai demandé à l’Assemblée générale d’autoriser une augmentation de capital de 25 millions d’euros sur 2009-2010, en une ou plusieurs fois. Actuellement nous menons une première augmentation de capital de 2,5 millions d’euros, du 1er au 31 mai, par un placement privé auprès d’investisseurs qualifiés et d’institutionnels, qui sera suivie d’une autre en juillet-septembre également de 2,5 millions », nous précise-t-il.

«  Ces nouveaux fonds nous permettront de construire de nouvelles centrales photovoltaïques, uniquement en France métropolitaine. Nous pourrons construire 5 à 6 MW en 2009,  nous avons déjà 1 MW en construction et nous avons  identifiés l’équivalent de  56 MW de projets qui sont en début d’autorisation.

D’ici 2010, Strategeco Solar veut créer autant de centrales que les nouveaux fonds le lui permettront, sachant qu’en gros, 1 MW de photovoltaïque coûte 1 million d’euros à développer.

En outre, Pascal Benveniste vise Alternext l’an prochain. « Le marché libre est beaucoup trop étroit. Sur Alternext, nous pourrons avoir davantage de liquidités, une valorisation plus importante. Et puisque sur Alternext, la cotation est en continu, nous pourrons susciter l’intérêt de plus gros institutionnels ».

La start-up s’est plutôt bien tirée de la débâcle boursière: introduite à 3,89 euros, elle a coté pendant plusieurs mois l’été dernier entre 6 et 7 euros, puis bu le bouillon en février en tombant jusqu’à 3 euros mais depuis s’est bien redressée, comme plusieurs de ses concurrentes cotées à Paris.

Elle cotait 5,03 euros le 24 avril, dernier jour disponible, avant une sde cotation due à l’augmentation de capital en cours, ce qui porte sa capitalisation boursière à 14,5 millions d’euros. Mais avec des échanges très faibles. Elle est ainsi l’une des plus petites des sociétés françaises cotées des greentech.

* »Gouvernance envirnonnementale, un enjeu vital pour l’espèce humaine« , ed. Connaissance et Savoirs.