L’Oréal va chauffer une usine de shampoings au fumier

Print Friendly, PDF & Email

lorealecopexLa biomasse fait de plus en plus d’adeptes dans l’industrie : après le leader mondial des boissons alcoolisés Diageo en Ecosse ou le constructeur Volvo Truck dans la banlieue de Gand en Belgique, c’est au tour de L’Oréal de se convertir à cette énergie verte.

Le numéro un mondial des cosmétiques installe une centrale à biomasse sur son site de Libramont, en Belgique, où sont fabriqués de nombreux produits capillaires. Cette centrale, construite actuellement par la société belge Ecopex (photo), aura une puissance installée de 3,2 MW.

L’usine sera alimentée en électricité et chauffage par du biogaz produit à partir de la combustion de gaz méthane issu des déchets agricoles des fermes d’élevage avoisinantes. D’ici à la fin de l’été, le biogaz devrait couvrir 85% des besoins en énergie de l’usine.

Ce projet fait partie du programme environnemental du groupe qui a pour objectif de réduire ses émissions de CO2 de 50% d’ici à 2015 (par rapport au niveau de 2005 de 230 300 tonnes). Dans d’autres pays, l’entreprise a choisi d’installer des panneaux solaires sur ses bâtiments, notamment à Burgos, en Espagne, et à Pune, en Inde.

L’Oréal a également annoncé vouloir diminuer de 50% sa consommation d’eau par unité de produit fini (0,72 litre en 2005) et ses déchets générés par produit fini (32,2 grammes en 2005).