Indicateur boursier GreenUnivers des valeurs vertes du 22 au 29 mai : +4,22%

Print Friendly, PDF & Email

Le portefeuille de 38 valeurs européennes de l’environnement de GreenUnivers  a réalisé une belle performance cette semaine avec une hausse de 4,22%.

(Cotations arrêtées le jeudi 28 mai au soir. Pour la méthodologie de notre indicateur, cliquer ici.)

Cliquez sur le graphique pour l'agrandir
Cliquez sur le graphique pour l'agrandir

Le commentaire de notre analyste, Sabine BURLOT.

Après quatre séances de hausse, le marché parisien a  évolué dans le rouge lors de la dernière journée du 28 mai (-0,95% pour le Cac 40). Alors que les investisseurs avaient été un peu rassurés par la confiance économique en zone euro et surtout par la publication de chiffres américains meilleurs que prévu (commandes de biens durables en hausse de 1,9% en avril contre 0,5% attendu, recul du nombre de nouveaux chômeurs inscrits), le repli des obligations d’Etat du Trésor américain s’est aussitôt traduit par un recul des actions. Les marchés redoutent, en cas de hausse durable du rendement des obligations, de voir le coût de l’emprunt augmenter pour les entreprises comme pour les particuliers. Un élément qui n’est pas pour favoriser les « greentech » en phase de développement dans les secteurs nécessitant des investissements lourds comme l’éolien ou le solaire photovoltaïque.

A contrario, notons que dans un contexte où il est difficile d’avoir des convictions marquées en termes de préférences sectorielles, l’énergie parait mieux sortir son épingle du jeu.

Parmi notre sélection de 38 valeurs européennes de l’environnement, soulignons la hausse du titre Voltalia (+30,99%) après l’annonce du lancement d’un projet solaire hors normes à l’échelon français : une centrale photovoltaïque au sol de 104 MW dans le Midi, soit autant que tout le solaire photovoltaïque installé en France en 2008. Ce serait même le deuxième plus gros projet mondial !

Au-delà de cette annonce, Voltalia a aussi publié ses premiers résultats positifs et solides.  Son bénéfice net s’est établi à 2,3 M€ contre une perte de 1,4M€ en 2007, sous l’effet de la contribution des activités cédées et de la faiblesse de ses frais financiers. Son résultat opérationnel courant s’est affiché en très nette amélioration, à +1,2 M€, contre un déficit de 2,9 M€ en 2007. Le chiffre d’affaires a atteint 7,9 millions d’euros, répartis entre 1,2 million d’euros de vente d’électricité et 6,6 millions d’euros en provenance des produits issus des activités de développement.

Le modèle économique mis en place depuis le départ par la jeune société française avec une organisation par pays et par filière métier lui assure de pouvoir s’adapter à un contexte économique difficile. La stratégie multi énergies qu’elle a adoptée lui permet de bénéficier des fortes dynamiques de croissance des secteurs solaire et éolien tout en s’adossant sur des activités plus anciennes comme l’hydraulique et la biomasse. La part de production sécurisée du portefeuille de projets est passée de 56 MW fin 2007 à 119 MW fin 2008.

Autre atout, Voltalia présente une flexibilité de ses modalités de financement en fonds propres et dettes qui assure sa capacité de financement de projets engagés ou à venir : 33 millions d’euros de capitaux propres, un endettement net de 13,2 millions d’euros, et depuis la fin 2008 un soutien influent avec la Caisse des Dépôts, qui a investi 3 millions d’euros dans sa filiale de Guyane, Voltalia Guyane.

Assez proche en termes de domaines d’activités, Sechilienne Sidec vient de publier son chiffre d’affaires 2008 qui s’établit à 304,5 millions d’euros, en hausse de 32,5 % par rapport à l’exercice précédent.

Une  baisse qui, selon la direction, tient essentiellement à des éléments non-récurrents et dont l’impact sur la profitabilité du Groupe devrait être limité (arrêt de la production de la Centrale CTM à la Guadeloupe, panne d’alternateur à la Centrale CTBR-1 à La Réunion). La société a indiqué que ces éléments négatifs ont été partiellement compensés par de bonnes performances opérationnelles dans le domaine thermique (centrales CTG à la Réunion et CCG à la Martinique), dans le domaine éolien (accroissement du parc en service) et dans le domaine photovoltaïque.

A la suite de cette publication, les analystes de Portzamparc ont confirmé leur  recommandation d’achat. Selon eux « les fondamentaux restent solides et les mauvaises nouvelles semblent être derrière nous ». Ils conservent un objectif de cours à 40€, au même niveau qu’octobre 2008.

Un avis qui ne semble pas partagé par Oddo qui reste à alléger, selon une source de marché(objectif de cours de 24 euros).

Côté sous performance, l’annonce par le fabricant allemand d’éoliennes Nordex du recul de son bénéfice net de 5,7M€ à 0,5M€ au 1er trimestre s’est traduit par une baisse de cours de 5% cette semaine. Le groupe prévoit pour 2009 une  marge en baisse par rapport aux 5,5% de l’an dernier mais des ventes en hausse de 10 à 15%.