Les spams polluent, au sens propre

Print Friendly, PDF & Email

macafeeAprès la polémique sur le CO2 produit par les recherches sur Google, ce sont les spams qui font l’objet d’un calcul d’émissions polluantes : une étude de la société de logiciels McAfee estime que 62.000 milliards de spams sont envoyés chaque année aux internautes. A raison de 0,3 gramme de CO2 émis par spam, cela fait…   17 millions de tonnes de CO2 par an .

C’est autant que 3,1 millions de voitures , ou encore 0,2% des émissions de gaz à effet de serre liées à l’activité humaine.

Autre comparaison frappante : l’énergie perdue à envoyer et annuler les spams représente 33 térawatts-heures par an, de quoi alimenter 2,4 millions de foyers.

Les « vrais » e-mails émettent davantage de CO2 pièce (environ 4 grammes) mais comme les spams représentent un tiers des mails envoyés dans le monde, leur pollution totale est notable, selon Dave Marcus, directeur des recherches sécurité de McAfee Avert Labs.

Lancer une campagne de spams inclut une série de processus coûteux en énergie : compiler des adresses e-mail, programmer les envois… mais c’est surtout la suppression des spams par les utilisateurs, ainsi que le temps qu’ils perdent à trier leurs mails pour retrouver les envois légitimes, qui produisent 80% du CO2 lié aux spams.

Les technologies anti-spams ont déjà limité les dégâts : elles permettent déjà, selon McAfee (qui en conçoit, et très logiquement défend son business) d’économiser 135 terrawatts-heures d’électricité par an, évitant autant d’émissions de CO2 que le retrait des routes de 13 millions de voitures. Chaque internaute reçoit en moyenne… 45 spams par jour.

L’étude porte sur 11 pays (Australie, Brésil, Canada, Chine, France, Allemagne, Japon, Inde, Mexique, Espagne, USA, Royaume-Uni) avec un calcul moyen de la corrélation entre dépense d’électricité et émissions de CO2. Parmi les chiffres-clefs de l’étude:

  • Un spam produit 0,3 gramme de CO2, l’équivalent de la conduite d’une voiture sur un mètre.
  • Les dépenses d’énergie des logiciels anti-spams ne représentent que 16% de l’énergie totale liée aux spams
  • Si chaque boîte e-mail était protégée par un logiciel anti-spam, cela économiserait 75% de l’énergie liée aux spams, soit 25 térawatts-heure
  • L’impact d’un jour sans spam : fin 2008, le jour où a été fermé l’hébergeur McColo, très gros émetteur de spams, le volume mondial des spams a chuté de 70% économisant autant d’émissions de CO2 que le retrait de 2,2 millions de voitures cette journée-là.