Schwarzenegger crée une « armée verte »

Print Friendly, PDF & Email

about_arnold_img3Son titre est déjà tout un slogan: le California Green Corps. Du green, des jobs et une mission, quoi de plus séduisant en cette période de crise ? La Californie, où le chômage a fait l’un des bonds les plus spectacuaires du pays,  va recruter 1 000 jeunes en difficulté pour les former à des emplois verts et se constituer une « armée verte ».

Le gouverneur Arnold Schwarzenegger vient de présenter cette initiative destinée à la fois à promouvoir la « green economy » et à lutter contre le chômage des jeunes.

Schwarzenegger est devenu un apôtre de l’environnement et veut faire de la Californie un modèle en la matière. Plus que tout autre Etat américain, il a fixé des objectifs ambitieux en matière d’énergies renouvelables, mais aussi de réduction des émissions de CO2 (avec une baisse de 30% d’ici à 2020) et a fait adopter des limitations pour les industries les plus polluantes.

Cette fois, il veut promouvoir les emplois verts comme réponse sociale à la crise: 1 000 jeunes de 16 à 24 ans, dans un premier temps, seront intégrés dans le « California green corps ». Pendant 20 mois, ils recevront une formation aux métiers verts, percevront une indemnité et effectueront des travaux d’intérêt général en contrepartie.

L’objectif est de leur permettre de trouver ensuite un emploi dans la « green  economy » naissante que Schwarzenegger veut développer. Dix centres de coordination dédiés aux « green corps » seront créés à travers l’état.

Ce programme bénéficiera d’un double financement : 10 millions de dollars issus du plan de relance de l’administration Obama et 10 millions provenant de partenariats entre la Californie et des entreprises privées.

Un « green collar jobs council » a déjà été mis en place en septembre 2008 pour promouvoir les emplois verts dans l’état.

La Californie fait partie des Etats américains où le taux de chômage progresse le plus : il est passé de 8,7% de la population active en décembre dernier à 10,1% en janvier. D’où l‘espoir, aux Etats-Unis comme en Europe, de voir naître millions d’emplois verts.