Gates, Buffett, Dassault : ces milliardaires qui investissent dans le green business

Print Friendly, PDF & Email

dassaultLes américains Warren Buffett et Bill Gates et le suédois Ingvar Kamprad (fondateur et patron d’Ikea) sont les trois plus riches milliardaires de la planète à miser sur les cleantech, selon un classement réalisé par l’hebdomadaire britannique Sunday Times. Le premier Français est Serge Dassault (photo).

Ce palmarès, établi pour la première fois, montre que les grandes fortunes de la planète mettent de plus en plus d’argent dans les cleantech. Warren Buffett, première fortune classée, a investi dans l’éolien, les réseaux intelligents et plus récemment dans le constructeur automobile chinois BYD, qui a sorti un modèle électrique de masse.

A la deuxième place de cette « green list », un autre américain, Bill Gates, avec des investissements dans les biocarburants, à travers la société Sapphire, spécialisée dans les biocarburants issus des algues.

La troisième place revient au suédois Ingvar Kamprad, fondateur et patron d’Ikea, qui investit dans les énergies renouvelables, et notamment le solaire.

Selon l’hebdomadaire, les milliardaires du monde entier se ruent sur les cleantech. 35 Américains font partie de ce Top 100, dont beaucoup ont fait fortune dans les nouvelles technologies, comme Larry Page et Sergey Brin, les cofondateurs de Google.

17 millionnaires chinois intègrent le palmarès, avec des investissements très concentrés dans le solaire et les véhicules électriques.

Trois Français apparaissent dans ce classement. Le premier, au douzième rang, est Serge Dassault, dont la fortune est estimée à près de 8 milliards d’euros, qui a investi dans les véhicules électriques et possède la Société de véhicules électriques (avec Heuliez), qui fabrique Cleanova, un véhicule existant en version 100% électrique et hybride. Il a aussi conclu un partenariat avec EDF pour la mise au point d’un véhicule à batterie lithium-ion.

Vient ensuite Joël Séché (et sa famille), fondateur du groupe Séché Environnement, au 84ème rang avec une fortune évaluée à 250 millions de livres. Après s’être développé dans la gestion et le stockage des déchets, il a créé au printemps 2008 une filiale spécialisée dans les énergies renouvelables, Senergies.

Enfin, Jean-Michel Germa, fondateur et dirigeant de La Compagnie du Vent (dont GDF Suez est aujourd’hui actionnaire majoritaire), arrive en 90ème position à la tête de 227 millions d’euros. Après l’éolien, il s’intéresse désormais au solaire.

Ce classement recense les 100 plus riches de la planète qui investissent dans les cleantech. Ils pèsent tous plus de 225 millions d’euros. La fortune totale de ce panel de luxe est évaluée par l’hebdomadaire à plus de 304 milliards d’euros.

Des études récentes ont montré que les grandes fortunes, notamment aux Etats-Unis et en Europe, mettent de plus en plus d’argent dans les secteurs liés à l’environnement.

Accéder à l’intégralité du classement du Sunday Times ici.


Article précédentEleanor, une voiture solaire futuriste mais performante
Article suivantSmartgrid, c’est chic: Trilliant choisit comme patron un as de GE

Comments are closed.