Bientôt la sortie de crise pour l’éolien ?

Print Friendly, PDF & Email

eolien2013Alors que de grands projets éoliens ont été reportés, voire stoppés, dans le monde entier depuis quelques mois pour cause de difficultés de financement, la filière retrouve un peu d’optimisme.

Le secteur attire de nouvelles sources de capitaux qui compensent la frilosité des banques, selon l’Association européenne pour l’énergie éolienne (EWEA). Les investisseurs institutionnels et les grandes compagnies d’électricité sont de plus en plus intéressés par l’éolien, en raison notamment des objectifs de production d’énergie à partir de sources renouvelables fixés par la réglementation, notamment les 20% prévus en Europe à l’horizon 2020. Du coup, l’association estime que le secteur sera l’un des premiers à sortir de la crise actuelle.

Selon une étude du cabinet New Energy Finance, 75% des investisseurs institutionnels déclarent qu’ils investiront davantage dans l’éolien d’ici à 2012.

Le coût du capital compte beaucoup pour l’éolien. Si les banques ont relevé les taux d’intérêt de ces projets de moins de 1% à plus de 2% au cours des dix-huit derniers mois, selon l’EWEA, la baisse générale des taux de base des banques centrales a permis de compenser cette augmentation. Le taux d’intérêt d’un prêt de financement d’un projet de ferme éolienne de 100 MW en Europe est ainsi passé de 5,2 % à 4,3 % entre juillet 2007 et février 2009.

Une autre étude se montre assez optimiste à moyen terme : le Global Wind Energy Council estime qu’en 2013, les capacités mondiales atteindront 332 GW, contre 120 GW fin 2008 (voir graphique en haut de page, cliquer pour agrandir). Cela représente une croissance annuelle de 22% dans les cinq prochaines années, encore très importante donc même si elle est en retrait par rapport au taux de progression de 28% enregistré en moyenne sur les dix dernières années.

Les Etats-Unis sont aujourd’hui leader avec 25 GW de capacités installées, devant l’Allemagne (23 GW), l’Espagne (16 GW) et la Chine (12 GW). La France arrive au septième rang mondial avec 3,4 GW fin 2008.

Le développement de l’éolien aux Etats-Unis devrait marquer le pas en 2009 en raison des difficultés de financement, même si les mesures en faveur des énergies renouvelables du plan de relance Obama devrait redonner une impulsion rapidement. La Chine devrait garder un rythme de progression très élevé et devenir le premier pays en termes de nouvelles capacités installées dès cette année, selon le GWEC.

Le géant mondial de la fabrication d’éoliennes, le danois Vestas, continue d’ailleurs à investir massivement, et notamment en Chine où il va investir 70 millions d’euros dans une nouvelle usine.