Deals du 9 au 15 février 2009: le retour du roi soleil

Print Friendly, PDF & Email

Eolien

En Norvège ChapDrive, fabricant de systèmes de transmission hydraulique pour éoliennes, a obtenu 52 millions de couronnes (6 millions d’euros) auprès des fonds NorthZone Ventures, Hafslund Ventures et Energy Capital Management (ex- StatoilHydro Ventures), aux côtés de StatoilHydro et de Innovation Norway.

Le fabricant allemand d’éoliennes Nordex a remporté un contrat de 21 éoliennes pour le parc éolien irlandais d’Inchincoosh et celui écossais de Craigengelt (qui est par ailleurs le premier parc éolien de GDF Suez en Grande-Bretagne).

Le chimiste américain Dow Corning va acheter plus de 14 MW d’énergie éolienne, correspondant à l’équivalent de la consommation de son siège central de Bay County. Elle proviendra d’un parc éolien du Michigan détenu par le groupe John Deere Renewables. Dow devient ainsi l’un des groupes privés américains les plus gros acheteurs d’énergie éolienne.

La compagnie publique suédoise Vattenfall confirme vouloir investir 2,5 milliards d’euros dans le marché éolien britannique d’ici 2018. Déjà Vattenfall est présent sur ce créneau : elle a un projet offshore au large d’Aberdeen et a acquis, en novembre, un parc de 300 MW, Thanet, pour 35 millions de livres sterling. Vattenfall s’est aussi alliée à la compagnie ScottishPower Renewables pour participer ensemble au troisième appel d’offres de Londres pour des parcs éoliens en mer.

EDF Energies Nouvelles, qui vient d’annoncer des résultats en forte progression, a mis en service le parc éolien de Shiloh II, dans l’est de la Californie, via sa filiale américaine enXco. D’une capacité de 150 MW, il comprend 75 turbines de 2 MW chacune fournies par REpower et bénéficie d’un contrat de vente de 20 ans auprès de la compagnie d’électricité Pacific Gas & Electric. CIC, Dexia et la Société générale ont participé au financement de ce projet, avec aussi l’appui d’un groupe d’investisseurs mené par JP Morgan, avec Wells Fargo et New-York Life, qui détiennent une part minoritaire du parc.

Son concurrent français, GDF Suez avance ses pions en Amérique latine : il construit un parc éolien au Chili, à 320 kms au nord de Santiago, d’une capacité installée de 38 MW pour 120 millions de dollars. Il sera opérationnel à l’automne 2009. Et Tractebel Energia, sa filiale brésilienne, met en service le parc éolien de Pedra do sal, dans le nord-ouest du Brésil, de 18 MW. Au Brésil, le groupe possède déjà le parc éolien de Beberide (25,6 MW) et construit plusieurs centrales hydroélectriques et à biomasse. Selon une récente étude, le potentiel éolien du Brésil, fortement exposé aux vents, pourrait atteindre 272 TWh/an d’énergie électrique.

En Suisse, le groupe E Greenwatt va construire un parc de 9 éoliennes dans le canton de Fribourg, via une société dédiée, Schwyberg Energie, en partenariat avec les communes de Plasselb et Planfayon. Ce projet représente un investissement de 36,7 millions d’euros pour une production estimée à au moins 35 GWh d’électricité par an.