Ibuki, un satellite renifleur de CO2

Print Friendly, PDF & Email

gosatLe satellite d’observation des gaz à effet de serre (Gosat), mis en orbite le 23 janvier par une fusée japonaise, et baptisé Ibuki (« souffle » en japonais), mesurera les émissions de CO2 et de méthane, responsables de 80% de l’effet de serre, par observation de l’intensité lumineuse des infrarouges : 56.000 points du globe seront suivis tous les 3 jours.

Ce satellite est le fruit des efforts de l’Agence spatiale japonaise (JAXA), de l’Institut pour l’environnement (NIES) et du Ministère de l’Environnement. ll précède deux autres satellites japonais d’études de l’environnement et de l’eau. Il permettra de mesurer les gaz absorbées par les forêts et les océans.

Selon l’Organisation météorologique mondiale, hormis 283 sites dans le monde, de vastes zones, les océans, l’Afrique, le Proche-Orient ou encore l’Amérique du Sud, restent peu ou pas contrôlées. Les données collectées par Ibuki permettront aussi d’uniformiser les mesures d’émissions et de mesurer l’efficacité des décisions prises.