Douche froide pour Optisolar, l’enfant prodige du solaire

Print Friendly, PDF & Email

La société américaine Optisolar licencie la moitié de ses effectifs, soit 300 personnes, faute de trouver de nouveaux capitaux pour sa croissance effrénée.

Chouchou des investisseurs bien que surgi un peu de nulle part, Optisolar avait levé 200 millions de dollars en quelques mois pour construire une usine géante de cellules solaires à base de silicium amorphe, avec des projets de parcs solaires parmi les plus ambitieux d’Occident.

La petite société avait en effet passé des contrats gigantesques avec deux compagnies d’électricité : l’un avec la compagnie californienne Pacific Gas and Electric pour construire un énorme parc solaire près de San Luis Obispo, Topaz, qui avec 550 MW promettait d‘être l’un des plus grands du monde, et un autre avec l’Ontario Power Authority pour construire au Canada un parc de 210 MW.

Le groupe, qui espère reprendre ses grands projets au 2ème semestre, continue de construire des panneaux solaires pour son projet canadien, dont la construction a déjà commencé. Celle du désert californien aurait dû démarrer dans quelques semaines.