Pour Merrill Lynch, les cleantech seront la « 6ème révolution technologique »

Print Friendly, PDF & Email

Pour Merrill Lynch, les cleantech sont « le » secteur clé : malgré la récente chute du prix du baril, la question de l’énergie restera centrale dans les années à venir et des opportunités d’investissements considérables se présenteront dans les énergies renouvelables, conclut un rapport de Steven Milunovich, stratégiste Cleantech de la banque d’affaires.

Pour lui, il ne s’agit rien de moins qu’une « Sixième révolution technologique », qui sera emmenée par les cleantech (tout ce qui concourt à la meilleure utilisation des ressources) ainsi que les biotech. La pression actuelle sur les actions des cleantech en Bourse – massacrées ces dernières semaines – peut se poursuivre un moment ­mais la combinaison de politiques publiques en faveur de l’environnement et d’une amélioration de la situation économique devrait faire surgir des opportunités d’investissement en 2010-2011, estime-t-il.

« L’Histoire montre que les révolutions technologiques apparaissent tous les 50 ans. Les cleantech sont au début d’une croissance très forte, comme l’ont été les ordinateurs au début des années 70. L’application de la technologie au problème des ressources va provoquer de profonds changements dans l’énergie, les services publics et l’automobile », prédit-il.

Il juge aussi que les cleantech vont doper la recherche d’efficacité, la décentralisation de l’énergie, les micro-réseaux de distribution électrique, le tout soutenu largement par le capital-risque.

S’il recommande de diversifier son portefeuille en cette phase émergente, les secteurs les plus prometteurs sont, selon lui, le solaire et l’éolien, avec comme jokers la géothermie et la biomasse.