Pour l’éolien, BP ne croit plus qu’aux Etats-Unis

Print Friendly, PDF & Email

Le groupe pétrolier BP renonce à ses projets d’énergie éolienne en Chine et en Grande-Bretagne, pour se concentrer sur les Etats-Unis, le marché qu’il juge le plus prometteur. Un choix qu’a aussi fait il y a trois mois le groupe pétrolier Shell, qui a vendu ses projets éoliens britanniques, finalement renfloués par Abu Dhabi.

Ce week-end, BP Alternative Energy, filiale de BP, a annoncé qu’il se retirait d’un projet de création d’un parc éolien en Mongolie, en partenariat avec le plus gros fabricant chinois d’éoliennes, Goldwind Science & Technology.

Les deux groupes avaient signé un accord en janvier pour créer des parcs éoliens d’une capacité totale de 148,5 MW en Mongolie intérieure, région où Pékin développe à grande échelle ses principaux projets éoliens. BP devait  détenir 49% de la joint-venture, le groupe chinois a dit chercher d’autres partenaires.

De plus BP a aussi annoncé qu’il renonçait à ses projets d’énergie éolienne en Grande-Bretagne, ainsi qu’à ses projets de capture du C02, en ne participant pas à un appel d’offres pour un site pilote de capture et stockage des émissions des centrales à charbon.

Son porte-parole a déclaré au site New Energy Focus qu’il n’avait qu’un montant limité à dépenser en éolien et que les Etats-Unis étaient plus intéressants, notamment pour des projets à grande échelle.

D’ailleurs BP et le groupe britannique d’éoliennes Clipper Windpower viennent de finaliser leur joint venture pour créer une ferme éolienne de 5,05 GW dans le Dakota du Sud, aux Etats-Unis, où seront plantées 2.000 éoliennes.

Le patron de BP Alternative Energy avait récemment estimé qu’il fallait se concentrer sur les projets éoliens de très grande échelle.

BP poursuivra au Royaume-Uni son projet de site de biocarburants avec Associated British Foods, un projet de 200 millions de livres détenu à 49% par BP. En revanche, il ne participera pas à l’appel d’offres pour le site de stockage du CO2, où il est pourtant l’un des 4 finalistes avec E.ON, Peel Energy et Scottish Power, et qui pourrait déboucher sur des projets à grande échelle dans le pays. BP travaille sur un projet de ce type mais en Californie.