Les PME françaises ont encore du mal à faire du développement durable

Print Friendly, PDF & Email

Les dirigeants des PME françaises ont encore du mal à intégrer le développement durable dans leur entreprise, selon le baromètre 2008 du Centre régional d’observation du commerce, de l’industrie et des services de la CCIP. Ce n’est pas par manque de connaissance : 6­8% d’entre eux savent ce qu’est le développement durable. C’est dans les services qu’il est le plus connu (75% de réponses positives) et dans le commerce qu’il l’est le moins (58%).

59% des chefs de PME estiment prendre en compte le développement durable. C’est moins qu’en 2007 où le score était de 64%. Les auteurs de l’étude estime qu’une meilleure connaissance de la complexité de l’application du développement durable et la lenteur de sa mise en oeuvre dans les modes d’organisation rendent sans doute les dirigeants plus prudents dans leurs réponses. Peu de responsables ont cependant mené une réflexion complète sur ce sujet et beaucoup estiment même qu’ils ne sont pas concernés et ne voient pas comment l’appliquer concrètement au niveau de leur établissement.

Le respect de l’environnement est la dimension la plus prise en compte, avec des actions comme le recyclage des déchets ou des économies d’énergie, par 94% des PME, devant les exigences envers les partenaires commerciaux et les exigences sociales.

Pourquoi les dirigeants ne s’investissent pas davantage en faveur du développement durable ? Par manque d’incitation, répondent 42% d’entre eux. Un changement par rapport aux années précédentes où le manque d’information arrivait en tête, alors qu’il apparaît aujourd’hui en deuxième position, cité par 40% des responsables d’entreprises.

Accéder à une présentation de l’étude ici.