La Grande-Bretagne fait financer le développement de ses cleantech par les pays du Golfe

Print Friendly, PDF & Email

Londres et le Qatar ont créé un fonds d’investissement conjoint de 250 millions de livres  (307 millions d’euros) dédié aux cleantech, un accord conclu entre l’agence britannique Carbon Trust et l’agence qatari  Qatar Investment Authority (QIA) qui prévoit que ce fonds investira en priorité dans les sociétés britanniques des cleantech, et secondairement en Europe et dans les pays du Golfe. Le QIA a déjà promis 150 millions de livres, Carbon Trust et les autres partenaires devront trouver les 100 millions supplémentaires. Un projet de création d’un centre dédié à l’innovation dans les cleantech au Qatar fait partie de l’accord.

La Grande-Bretagne a aussi conclu un accord avec Masdar, la société d’énergies renouvelables créée par Abu Dhabi, pour développer les technologies d’énergies renouvelables en Grande-Bretagne et là encore lever des fonds importants pour les sociétés britanniques.

Un accord qui intervient un mois après que Masdar a pris 20% du projet éolien off-shore de London Array. Masdar construit actuellement pour 28 milliards de dollars une ville à émissions zéro dans le désert près d’Abu Dhabi, et, comme le Qatar, parie sur les énergies renouvelables pour préparer l’après pétrole. Alors que Dubaï a d’abord misé davantage sur le tourisme, même si depuis peu, l’émirat s’intéresse aussi au développement durable.