La Chine et l’Inde mettent les bouchées doubles sur l’éolien

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email

Les deux grands pays émergents devraient rapidement rattraper les marchés les plus matures, comme les Etats-Unis ou l’Espagne dans un contexte de fort développement mondial de l’éolien, selon un rapport du Global Wind Energy Council (GWEC), organisme de promotion de l’éolien basé à Bruxelles. L’industrie éolienne mondiale a gagné 20 000 MW de capacités supplémentaires en 2007, tirée surtout par trois pays, les Etats-Unis, l’Espagne et la Chine (voir graphique, cliquer pour agrandir). Ce qui porte les capacités installées à 93 864 MW dans le monde, soit une hausse de 27% par rapport à 2006.

Fin 2007, les cinq premiers pays en termes de capacités installées étaient l’Allemagne (22,3 GW), les Etats-Unis (16,8 GW), l’Espagne (15,1 GW), l’Inde (7,8 GW) et la Chine (5,9 GW). Le marché mondial de l’éolien a attiré près de 34 milliards d’euros d’investissement en 2007. Si l’Europe reste leader, les nouvelles installations européennes ne représentent plus que 43% du total mondial, contre 75% en 2004.

Les deux marchés les plus prometteurs pour les prochaines années sont la Chine et l’Inde, devenus parmi les plus attractifs pour les investisseurs selon le baromètre sur les énergies renouvelables d’Ernst & Young du premier semestre 2008. La Chine a ajouté 3 304 MW de capacités installées à son parc éolien en 2007, soit une croissance de 145% depuis 2006. Elle est désormais au 5e rang mondial en termes de capacités installées avec 5 906 MW à fin 2007. Et selon le GWEC, ce n’est qu’un début ! De nombreuses régions venteuses, essentiellement sur la côte sud ainsi que dans le nord et l’ouest du pays, devraient se couvrir d’éoliennes dans les prochaines années. Une demande croissante d’électricité et la nécessité de réduire la pollution de l’air sont les deux principaux drivers du marché. Mais il lui faudra cependant réduire les coûts de production de l’éolien, car l’énergie produite à partir du charbon – abondant dans le pays – demeure nettement plus compétitive. Le développement de grands projets et d’une production locale de turbines devrait faire baisser les prix dans les prochaines années.

Fin 2007, une quarantaine de fabricants chinois travaillaient dans l’industrie éolienne (+ 21% en un an). La capacité totale de production devrait atteindre 12 GW en 2010, avec déjà quelques grands noms comme les industriels Dongfang, Goldwind ou Windey. Le pays pourrait, dès 2009, dépasser l’Allemagne pour la production de turbines.

L’autre grand marché en pointe, c’est l’Inde, avec 1 500 MW de nouvelles capacités installées en 2007 pour atteindre un total de 7 845 MW. Le développement y est concentré dans quelques régions clés, et notamment au sud, l’état du Tamil Nadu, qui regroupe plus de la moitié de toutes les installations. Mais d’autres états commencent à prendre le relais, comme le Rajasthan ou le Gujarat. Le gouvernement indien compte bien aller plus loin et envisage d’ajouter 2 000 MW de capacités supplémentaires par an dans les prochaines années.

Sous son impulsion, une dizaine d’états (sur 29) ont adopté des mesures pour créer un environnement attractif pour les projets éoliens (tarifs d’achat préférentiels, obligation pour les fournisseurs d’électricité d’inclure une part d’origine renouvelable…). Le pays s’appuie sur une industrie solide, avec en tête Suzlon, qui compte pour plus de la moitié du marché. Et de nombreux groupes étrangers ont installé des usines en Inde, comme Vestas ou Siemens.

Accéder à l’intégralité du rapport ici (en anglais).