Energies renouvelables en Europe : les marchés ralentissent

Print Friendly, PDF & Email

Les énergies renouvelables en Europe, notamment l’éolien et le solaire, vont bientôt sentir les premiers effets de la crise financière, selon deux études publiées coup sur coup. Avec la baisse programmée des recettes fiscales, les gouvernements pourraient réduire leurs subventions à ces secteurs qui ne sont pas encore compétitifs par rapport aux énergies fossiles, observe la dixième édition de l’Observatoire européen des marchés de l’énergie de Capgemini. Le rapport cite l’exemple de l’Espagne, où le gouvernement a déjà annoncé une baisse des mesures de soutien au secteur solaire.

Il y aurait donc un coup de frein à la croissance du secteur après une année 2007 faste, où les investissements dans les énergies renouvelables ont progressé à un rythme très soutenu, l’éolien en tête avec 8,3 GW de nouvelles capacités installées en Europe.

L’année 2009 sera difficile pour l’industrie solaire mondiale, avait déjà souligné un rapport récent de la banque Sarasin, même si la reprise pourrait être rapide. Et même si certaines niches devraient rester en croissance, comme le marché des panneaux solaires pour les particuliers en France, qui souffre il est vrai d’un gros retard par rapport aux pays voisins.

Une autre étude publiée par le cabinet Frost and Sullivan confirme aussi que le marché de l’éolien en Europe donne ses premiers signes d’essoufflement. Ce qui avait déjà été indiqué par la difficulté de plusieurs gros projets à trouver des fonds auprès des banques et la nécessité pour eux de chercher des relais du côté des capitaux-risqueurs. Les prévisions pour 2009 montre que la croissance ne sera plus à deux chiffres comme ces dernières années.

Ce ralentissement aura d’ailleurs un effet bénéfique puisqu’il devrait amener une baisse du prix des turbines, provoquée aussi par la chute du prix des matières premières, notamment de l’acier et du cuivre. Autre avantage attendu, la réduction de la durée de livraison des composants, ce qui évitera le déséquilibre offre/demande observé ces derniers mois avec des difficultés d’approvisionnement.

Selon Frost & Sullivan, la chute des prix des matières premières et les dispositifs de soutien aux énergies renouvelables attendus dans plusieurs pays permettraient cependant d’éviter un écroulement de la demande. Si elle sait en profiter pour améliorer ses performances technologiques et sa rentabilité, l’industrie éolienne pourrait même ressortir plus forte une fois la tempête actuelle passée.

Les mesures de relance en préparation dans plusieurs pays pourraient en effet permettre aux énergies renouvelables de limiter la casse. Aux Etats-Unis notamment, le plan préparé par Barack Obama devrait inclure des dispositifs favorisant les investissements dans le secteur, dans la lignée de son programme.