Combien de CO2 stocker sous terre ? Un logiciel a la réponse

Print Friendly, PDF & Email

Pour réduire les émissions de CO2, les technologies de capture et stockage du carbone pourraient offrir une solution prometteuse, même si elles sont encore à l’état expérimental. L’idée consiste à enfouir le CO2 sous terre, dans des formations géologiques comme les champs de pétrole ou les aquifères salins désertés, des zones particulièrement adaptées car poreuses et perméables.

Mais difficile d’évaluer la quantité susceptible d’être stockée dans un site. Or injecter trop de CO2 pourrait créer ou agrandir des failles susceptibles de se transformer en conduits permettant au CO2 de remonter en surface et de se diffuser dans l’atmosphère, selon des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Boston.

L’équipe du MIT a trouvé une parade avec un logiciel qui évalue la quantité de CO2 qui peut être séquestrée en toute sécurité. Le modèle qu’ils ont élaboré détermine la proportion de CO2 qui risque de migrer de son puits et étudie le chemin qu’elle pourrait suivre en fonction des pentes du terrain et des flux d’eau souterraine.

La méthode est relativement simple puisqu’elle est basée sur une observation des paramètres géologiques, tels que la porosité, la température et la pression, pour calculer les capacités de stockage.

La méthode a déjà été expérimentée dans l’une des réserves potentielles de dioxyde de carbone des Etats-Unis, le bassin de la rivière Powder (photo ci-dessus), à cheval sur les états du Montana et du Wyoming. Selon leurs calculs, 5 gigatonnes de CO2 pourraient y être stockés sans risque. C’est plus de la moitié de tout le CO2 rejeté par les Etats-Unis chaque année ! C’est la première fois, selon les chercheurs, que l’évaluation est menée à grande échelle.