Moins d’une entreprise du SBF 120 sur trois fait vérifier ses indicateurs de développement durable

Print Friendly, PDF & Email

Seules 36 entreprises du SBF 120 ont fait vérifier leurs données de développement durable de 2007 par un tiers indépendant, soit 30% de l’indice, selon le troisième bilan annuel des pratiques des entreprises réalisé par la société Deloitte. Par rapport à l’année précédente, cinq nouvelles sociétés ont fait la démarche : Air France-KLM, PPR, Rexel, Bic et Axa. Parmi les 36 groupes, 29 appartiennent au Cac 40 (72,5% de l’indice).

Un autre rapport, publié en août dernier, « Assure View » montrait déjà que trois rapports développement durable sur quatre publiés dans le monde n’avaient toujours pas de contrôle externe. Les entreprises européennes apparaissaient comme les meilleures élèves, devant les asiatiques.

Selon le bilan de Deloitte, dans la quasi-totalité des cas, ce sont les commissaires aux comptes qui sont chargés de cette vérification. Plusieurs niveaux de vérification sont possibles : les « revues en procédures convenues » permettent à l’auditeur de revoir l’organisation du reporting, les procédures existantes et de faire quelques tests mais elles ne permettent pas de formuler une opinion ou d’exprimer une assurance sur l’absence d’anomalies significatives. C’est souvent un premier niveau avant d’accéder à des vérifications plus poussées avec la délivrance d’une assurance, soit modérée (avec des travaux de revue limitée) soit, pour les plus ambitieux, réservée, c’est-à-dire avec des travaux d’audit de même nature que ceux menés par les commissaires aux comptes sur les données financières.

En 2007, les travaux d’assurance modérée ont concerné 24 entreprises, soit une progression de plus de 40% en un an. Seules trois entreprises visent l’assurance raisonnable sur l’ensemble de leurs indicateurs : Renault, Rhodia et Gaz de France. Deux groupes, Areva et Air France-KLM, visent une assurance raisonnable sur un ou deux indicateurs et une assurance modérée sur tous les autres.

Le nombre moyen d’indicateurs vérifié s’élève à 16,4 pour l’assurance modérée – dont 9,6 liés à l’environnement – et à 11,3  pour l’assurance raisonnable – dont 8,6 liés à l’environnement. Sur les 27 assurances délivrées au total, 16 comportent des réserves. Parmi les indicateurs faisant le plus souvent l’objet de réserves, on trouve la consommation d’eau et les émissions de gaz à effet de serre. Les motivations des réserves concernent souvent des lacunes dans le processus de reporting ou des définitions d’indicateurs trop imprécises.

Liste des entreprises du SBF 120 ayant fait vérifier leurs données (cliquer pour agrandir) :