Le congrès américain prolonge les avantages fiscaux sur les énergies renouvelables

Print Friendly, PDF & Email

Ouf ! Les entreprises du secteur des énergies renouvelables ont retrouvé le sourire avec l’adoption du plan Paulson, ce vendredi, par la Chambre des représentants. Car outre les 700 milliards de dollars prévus pour le sauvetage de l’industrie financière, un amendement, introduit in extremis par le Sénat en début de semaine, prolonge les avantages fiscaux sur les énergies renouvelables, qui profitent d’un soutien public important depuis plusieurs années.

Cela fait plus d’un an que l’extension des aides et crédits d’impôts pour les entreprises et les particuliers investissant dans les énergies renouvelables suscite un vif débat et une guerre de lobbying aux Etats-Unis. Les incitations actuelles devaient s’arrêter fin décembre. De nombreuses entreprises américaines des énergies renouvelables avaient tiré la sonnette d’alarme ces derniers mois, faisant valoir qu’elles ne pourraient pas continuer leur développement à un rythme aussi soutenu sans le maintien de ce soutien public.

Au total, 18 milliards de dollars de crédits d’impôts « verts » ont donc été votés. En profiteront les entreprises, notamment celles qui construisent ou exploitent des centrales solaires ou des fermes éoliennes, mais aussi les particuliers, par exemple ceux qui équipent leurs habitations de mini-éoliennes, très populaires aux Etats-Unis malgré les doutes sur leur efficacité. La durée d’application de ces incitations fiscales varie selon les secteurs, huit ans par exemple pour l’abattement d’impôt pour l’installation de panneaux solaires sur les toits par les entreprises ou les particuliers.

(Photo : DR)