La Grande-Bretagne, n°1 mondial de l’éolien offshore, et l’éolien accélère aux USA

Print Friendly, PDF & Email

L’achèvement d’un nouveau parc éolien offshore au large du Lincolshire, d’une puiss

ance de 194 MW, a fait de la Grande-Bretagne le leader mondial d’énergie éolienne offshore, devant le Danemark. Et parallèlement, outre-Atlantique, les nouveaux parcs éoliens atteignent un record cette année.

En Grande-Bretagne, le nouveau parc, construit par Centrica Energy, a porté la capacité offshore du pays à 597 MW – de quoi alimenter 300.000 foyers –  contre 423 MW pour le Danemark. Et cinq autres parcs sont en cours d’installation au large des côtes britanniques, qui ajouteront 938 MW de puissance. L’agence publique Carbon Trust a lancé un programme de 30 millions de livres pour parvenir à faire baisser le coût de l’énergie offshore de 10%.

L’énergie éolienne apporte déjà 3 GW à la Grande-Bretagne, si l’on compte à la fois l’éolien onshore et le offshore, de quoi alimenter environ 1,7 million de foyers, selon l’association britannique de l’éolien (British Wind Energy Association BWEA) .

Reste que la Grande-Bretagne, qui comme plusieurs pays d’Europe du Nord mise beaucoup sur l’éolien offshore, est encore loin de l’objectif de 20% d’énergies renouvelables fixé par l’Union européenne pour 2020.

Les Etats-Unis ont eux accru leur capacité éolienne de 1,4 GW au 3ème trimestre, selon l’American Wind Energy Association (AWEA), qui prévoit que sur l’ensemble de 2008 seront installées 7,5 GW supplémentaires, de quoi alimenter 2,2 millions de foyers américains. Ce sera donc une année record, alors que les Etats-Unis disposent déjà de plus de 20 GW d’énergie éolienne. Et encore 8 GW sont en projets pour 2009-2010.

Notamment l’Etat du Texas a rajouté 693 MW au 3ème trimestre: sa capacité totale dépasse les 6 GW, ce qui en fait un leader mondial derrière l’Allemagne, l’Inde et l’Espagne. C’est là que le milliardaire T. Boone Pickens développe son projet de ferme éolienne géante 

L’année a vu apparaître aux Etats-Unis huit usines de pièces détachées pour éoliennes et s’en agrandir 9 autres, avec 19 nouvelles en projets, ce qui a permis de porter la part des pièces fabriquées aux Etats-Unis à 50% des éoliennes installes localement contre 30% en 2005. Et 9.000 emplois ont été créés. Ainsi le groupe Vestas, premier fabricant mondial, prévoit d’installer deux méga-usines de pales et de nacelles aux Etats-Unis.