Une nano-structure de carbone pour stocker l’énergie solaire ou éolienne

Print Friendly, PDF & Email

Une « feuille » de carbone de l’épaisseur d’un seul atome, un nouveau matériau baptisé « graphène », pourrait permettre de doubler la possibilité de stockage d’électricité des batteries les plus en pointe actuellement, résolvant l’un des plus gros obstacles au développement de l’énergie solaire ou éolienne, tributaire des aléas de la météo.

Les chercheurs de l’Université du Texas, inventeurs du graphène, estiment que son utilisation peut doubler la capacité des actuels supercondensateurs, ces nouvelles super-batteries en plein essor capables de se recharger en quelques secondes (le rêve pour les téléphones portables) et aux performances considérablement supérieures aux batteries classiques (plus légères, supportant des températures plus variables, à la durée de vie supérieure, recharge presque instantanée, etc).

Le graphène, composé d’atomes de carbone disposés en alvéoles, possède en effet des caractéristiques spectaculaires, notamment de conductivité électrique, expliquent-ils.

Ces supercondensateurs (supercapacitors en anglais) encore peu connus du grand public, mais qui sont l’avenir probablement des voitures électriques, par exemple, utilisent du charbon actif mais sous une toute autre forme que le graphène.