Les start-up britanniques du green préfèrent l’Amérique

Print Friendly, PDF & Email

Un rapport sur les start-up britanniques du secteur des greentech, le Greenbang’s Clean Tech Start-up Company Index, qui passe en revue 23 sociétés prometteuses d’Outre-Manche, conclut qu’à un certain stade, notamment pour passer de la taille petite à la taille moyenne, ces jeunes sociétés quittent le Royaume-Uni et s’en vont aux Etats-Unis pour trouver des financements, plus facilement disponibles.

« Certaines des sociétés que nous avons sélectionnées ont dit avoir un mal fou à trouver des financements au Royaume-Uni, malgré tout le battage autour des greentech » selon le rédacteur en chef du blog Greenbang, Dan Ilett.

Les incertitudes concernant la réglementation et les choix politiques découragent les investisseurs, ainsi que les besoins importants de financement de ce secteur. Malgré cela, certaines start-up britanniques ont brillamment réussi, comme le groupe Onzo, fabricant de compteurs d’énergie intelligents permettant de piloter sa consommation d’énergie avec une interface internet, qui a reçu 7 millions de livres sterling de commandes de la part du groupe d’électricité Scottish and Southern Energy, pour le droit de distribuer son produit. Scottish and Southern Energy a en outre investi 1 million de livres pour racheter le quart du capital d’Onzo.