Les eaux en bouteille boudées aux Etats-Unis

Print Friendly, PDF & Email

Le marché américain des eaux en bouteille, après presque une décennie de croissance à deux chiffres, a marqué le pas aux Etats-Unis, le plus gros pays consommateur de la planète : les ventes ont quasiment stagné au 1er trimestre, avec une hausse de seulement 1% en volume, selon Beverage Digest, et ce malgré des rabais massifs. Et le marché ne devrait croître que de 6,7% en 2008, le plus faible taux de croissance de la décennie, selon l’International Bottled Water Corporation.

 

Ce recul est en partie dû à la crise économique, mais aussi aux critiques répétées des défenseurs de l’environnement contre un secteur qui produit d’énormes quantités de déchets plastiques, les bouteilles figurant parmi les produits les moins recyclés car souvent jetées un peu partout dans la nature.

 

Les municipalités, les écoles, et même des restaurants ont décidé d’opter pour l’eau du robinet, plutôt qu’une eau en bouteille vendue en moyenne 500 à 1.000 dollars le mètre cube contre, par exemple, 50 cents pour l’eau municipale en Californie, selon le Pacific Institute, alors même que 40% de l’eau en bouteille vendue aux Etats-Unis  provient de réservoirs publics.

 

Selon le Worldwatch Institute, les municipalités américaines ne recyclent que 23% de leurs bouteilles en plastique, et 2,3 millions de tonnes de bouteilles s’entassent sur les décharges chaque année. D‘où un coût de 70 millions de dollars par an pour s‘en débarrasser, selon Corporate Accountability International. Les associations de défense de l’environnement accusent aussi certaines marques de propager l’idée que l’eau du robinet n’est pas sûre.

 

Dans une grande opération anti-bouteilles, les maires de 250 grandes villes américaines ont décidé de les éliminer progressivement de leurs administrations, des décisions similaires sont envisagées au Canada, au Royaume-Uni et en Australie, selon la campagne Think Outside the Bottle Campaign.

 

Les grandes entreprise du secteur boisson se sentent sous pression et commencent à modifier certaines pratiques : Pepsi a accepté que ses bouteilles d’eau à marque Aquafina indiquent qu’elles proviennent d’eau du robinet purifiée et Coca-Cola a décidé de réduire la taille de ses bouchons en plastique, ce qui a réduit sa consommation de plastique de 1.900 tonnes en 2007 et pourrait entraîner une diminution de 18.000 tonnes cette année, selon son rapport de développement durable. Pepsi, entre autres, a lui aussi réduit les quantités de plastique utilisé.

 

La consommation globale d’eau en bouteille a atteint 189 milliards de litres en 2007, en hausse de 8%, entrainée par le boom de la consommation de la Chine (+17% entre 2002 et 2007). Mais les premiers consommateurs par habitant ne sont pas les Américains, qui n’en boivent « que » 111 litres par an, deux fois plus qu’il y a 10 ans.

 

On trouve, en tête, les Emirats Arabes Unis (260 litres par personne), suivis du Mexique puis des Européens — Italie, Belgique et France, qui arrive numéro 5 avec environ 136 litres par personne et par an.

 

Alors que jusqu’ici les ventes d’eaux en bouteille ont augmenté partout, la France est l’un des seuls pays où elles reculent, et ce depuis 2 ans : elle  a baissé de 6,1 % au 1er semestre 2008 après une diminution de 6,6 %, en 2007, et de 1,6 % en 2006, selon l’institut Nielsen. Même les eaux gazeuses sont touchées.

 

Autre bon point, le taux de recyclage en France est bien plus élevé (50%), quoique moins qu’en Suisse (75%).  Globalement en Europe, selon l’association de promotion du plastique recyclé Petcore, environ 40% des bouteilles PET sont recyclées.

 

Le recyclage est soutenu en Europe par l’Union européenne qui vient d’autoriser l’utilisation du plastique recyclé dans l’alimentaire, et fixé un objectif ambitieux d’utilisation de plastique recyclé dans les produits en PET: ainsi Danone a décidé au printemps 2008 que ses bouteilles d’Evian et de Volvic intégreraient 25% de plastique recyclé, une démarche que suivent aussi les autres grands groupes de boisson.

 

Reste la question à terme du  prix de ce produit recyclé : la demande de PET recyclé est croissante, le marché florissant, le prix de la tonne a grimpé de 30 % en 10 ans.

 

(Photo : DR)