Compensation carbone ? Un bon outil marketing !

Print Friendly, PDF & Email

Quelques entreprises indiquent sur les emballages de leurs produits leur compensation carbone. Pour Jennifer Kaplan, associée au cabinet américain Greenhance, spécialisé dans le marketing vert, cette communication est un bon moyen de prouver son engagement en faveur du développement durable.

Synthèse de son analyse parue sur le site ecopreneurist.com

« Alors que les consommateurs sont de plus en plus blasés devant l’abondance des allégations sur l’environnement, les entreprises qui veulent communiquer sur leurs actions en matière de développement durable cherchent des moyens d’être audibles et crédibles. S’ils sont abordées avec prudence, les programmes de compensation carbone peuvent être un excellent moyen d’atteindre cet objectif.

L’industrie du tourisme a été parmi les premières à adopter le marketing de la neutralité carbone. Un site comme expedia.com donne la possibilité à ses clients de compenser les émissions de carbone de leurs vols. Dans le secteur de la location de véhicules, plusieurs loueurs (Alamo, Rent-A-Car…) proposent des options similaires. Mais dans ces exemples là, c’est le consommateur qui supporte le coût de la compensation.

La nouvelle génération inclut la compensation dans le produit lui-même, sans option d’adhésion et sans coût supplémentaire pour le consommateur. Cette approche est souvent expliquée par une communication sur le packaging du produit. On peut citer quelques exemples, comme Bloomsberry & Co qui a fait un partenariat avec le programme TerraPass pour créer le chocolat du « changement climatique », un chocolat qui inclut dans le prix de chaque barre, une compensation carbone.

Autre exemple, les vins Cono Sur. Ils sont vendus avec des étiquettes sur les bouteilles vantant leur programme de neutralité en carbone puisque les émissions de CO2 provoqués par la livraison par bateaux des vins (du Chili) ont été calculées et compensées. Le problème de cet exemple, c’est que l’on ne sait pas comment les émissions sont calculées et qui gère la compensation. Même si la démarche est une bonne idée, j’aimerais en savoir plus sur la manière dont ils agissent.

Ces sociétés utilisent les mécanismes de compensation pour positionner leurs produits comme durables, de manière intégrée et avec des bénéfices clairs aux yeux du consommateur. Ils n’impliquent pas les atouts de leurs produits, comme la qualité supérieure du chocolat ou du vin, dans le process. Et ils intègrent intelligemment le message sur la compensation avec le message sur le produit.

C’est là est un excellent moyen de communiquer sur les efforts des entreprises vers le développement durable. Bien sûr, il faut être clair et précis dans son argumentation  sur la compensation carbone. Cela donnera aux entreprises qui agissent ainsi les moyens de rester à part, et en tête, de la compétition ».

Accéder à l’intégralité de son analyse ici (en anglais)