Guerre des chiffres sur l’éolien

Print Friendly, PDF & Email

eolien franceLe développement de l’énergie éolienne terrestre selon les objectifs du Grenelle de l’environnement (10% de l’électricité consommée produite par l’éolien en 2020) représenterait un gain de 1,2 milliard d’euros en 2020, soit 48 euros par an et par foyer, selon un document publié par le Syndicat des énergies renouvelables (SER). Il s’agit d’une réponse à une étude de l’Institut Montaigne, sortie en juillet, qui chiffrait le surcoût de l’éolien pour la France à 1 milliard d’euros en 2020, soit 100 euros en moyenne par an et par foyer, et 2,5 milliards par an au-delà de 2020. Le think tank patronal en concluait que l’énergie éolienne n’était pas « la solution économique la plus appropriée pour la France »

Comment se justifie un tel fossé ? Les bases de calcul ne sont pas les mêmes, ce qui rend difficile les comparaisons. Le SER tient compte de l’augmentation estimée des coûts des matières premières (gaz, pétrole..) nécessaires à la production d’électricité d’origine traditionnelle, de la dégressivité du tarif d’achat fixé par l’Etat (- 2% par an), des économies réalisées grâce à la baisse des émissions de CO2 (et donc des achats de quotas) et enfin du coût évité de la construction de nouvelles centrales nucléaires ou thermiques pour répondre à l’accroissement de la demande.

Il rejette par ailleurs l’intégration du surcoût du raccordement au réseau pour la seule production d’origine éolienne et l’évaluation du surcoût de l’éolien offshore faite dans le rapport de l’Institut Montaigne. Auant d’éléments qui aboutissent à une différence de 3,7 milliards d’euros à l’horizon 2020 (cf tableau ci-dessous : cliquer pour agrandir).

Tableau SER

(Photo : SER)